Vers des plateformes réellement coopératives

Alors que la conférence "Vers une économie collaborative, sociale, solidaire et écologique" a été un succès, et en attenant la vidéo de restitution, voici un article présentant et analysant diverses plateformes.

 

Photos de l'événement du 13 novembre 2017

La plupart des technologies inventées (radio, télévision, internet, blockchain…) prônent dans leurs premières versions un idéal de liberté et de démocratie, de décentralisation. Mais récupérées par « l’ordre social en place » (entreprises, gouvernements et surtout investisseurs…) elles tendent à devenir des monopoles centralisés bien loin de leurs idéaux originels. Malgré tous les discours sur le partage et la démocratisation, l’industrie de la technologie est devenue accro à un modèle d’investissement à la recherche de retour sur investissements massifs et à court terme. Les utilisateurs ordinaires pensent que les plateformes qu’ils utilisent tous les jours leur sont destinées, qu’elles sont libres, alors même que les renseignements personnels qu’ils y partagent sont vendus pour payer les investisseurs.

A l’inverse, l’économie sociale et solidaire, elle, est créative et énergique. Or, trop souvent elle n’hésite pas à utiliser les outils de l’internet, comme s’ils étaient inévitables, sans voir la contradiction qu’il y a à utiliser Google Drive, Facebook ou Square… autant d’outils qui ne partagent pas les mêmes objectifs que ceux de l’économie sociale et solidaire. Pour les deux chercheurs, “l’économie solidaire mérite un internet de la solidarité”.

Dans leur manifeste comme dans une tribune sur FastCoExist, les deux chercheurs évoquent plusieurs projets de plateformes réellement coopératives à l’image de Loconomics, une alternative à TaskRabbit, la plateforme d’emploi à la demande, sous forme de coopérative détenue par ceux qui y proposent leurs services ; Stocksy, une banque photographique gérée par des photographes ; Resonate, une coopérative de musique en streaming administrée par des musiciens ; Members Media, une coopérative de producteurs de films… Et des applications basées sur la blockchain comme Consensys, Backfeed ou Swarm. On pourrait encore évoquer l’Allemand Fairmondo, une place de marché et d’échange de produits qui appartient à ses utilisateurs, à l’image d’un eBay coopératif. Ou encore TimesFree un système de partage de temps permettant à des familles de s’échanger des temps de babysitting.

Lire l'article complet

Partager